Le bonheur,une chance pour tous

Un combat contre nos propres préjugés

14
fév 2014
Partie 2 : La place dans le cocon familial
Posté dans Mon histoire par lebonheurunechancepourtous à 3:05 | Pas de réponses »

Partie 2

 La famille idéale             ou            les disputes en continues

La famille parfaite en apparence sous fond d’une réalité désolante mais malheureuse commune à beaucoup!

Je suis issue d’une fratrie de 3 sœurs et je suis la cadette, pas vraiment la meilleure place vous direz …. Et bien je n’en suis plus vraiment si sûr… On identifie généralement l’ainé comme le premier enfant de la famille donc celui avec qui on découvre les joies d’être parents. La dernière c’est celle qui sera chouchoutée car c’est fini après il n’y en aura plus et de plus on essuie les pots cassés des autres et donc on essaie de ne pas refaire les mêmes bêtises. Et donc celle qui est au milieu on l’oublie un peu, elle passe très vite inaperçu, pourquoi je ne sais pas mais je pense que tout ceux qui se sont retrouvés à cette place pense la même chose que moi.

Pourquoi j’arrive à voir les choses différemment aujourd’hui? C’est assez simple…mais mon raisonnement correspond à une situation familiale bien particulière. Dans ma situation, ma grande sœur, à qui j’ai été continuellement comparé, à eu le rôle de Martyre dans le drame familial. Eh oui c’est la grande sœur donc elle a se rôle de protéger les autres, même si ça ne se perçoit pas toujours. Du moins dans mon histoire, la mienne s’est sacrifiée avec pour volonté de nous protéger. (Sa déception fut d’autant plus grande au final). Ma petite sœur soit la dernière, à été longtemps perçu comme « la préférée » et franchement qui s’inquiète pour la préférée? Qui peux s’imaginer quoi que ce soit de mal pour la chouchou de la famille? Et bien c’est la que c’est vicieux… ce statue laisse la perversion sans limite et souvent sous le regard aveugle des autres. Eh ne croyez pas que pour moi tout était rose! C’était différent… Moi j’étais le souffre douleur, celle qu’on humilie, qu’on néglige, qu’on compare aux autres pour mieux l’enfoncer! Bref le vilain petit canard… Mais à la différence des autres, n’étant pas vraiment reconnu auprès de ce père bourreau,   j’ai du créer des mécanismes de défense qui m’ont sûrement sauvé la vie! Voilà pourquoi le manque d’affection peut amener à vous sauver la vie mais il faut arriver à avoir ce diagnostic, il n’arrive pas du jour au lendemain, je l’expliquerai au fil de mon histoire.

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Mouvementdessarrasins |
Genre Recherche Education L... |
Bercantour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eveilspirituel
| Seremange-Erzange passionné...
| Chaingy , village d'Av...